Menu

Rapport d'activité 2016

Rechercher

Création du Myanmar Journalism Institute

La première école de journalisme aux standards internationaux birmane

En 2016, un nouveau gouvernement birman et des réformes ont impacté positivement le secteur des médias et plus particulièrement le Myanmar Journalism Institute (MJI), première école de journalisme aux standards internationaux du pays.

Cette école a fait l’objet d’un soutien de CFI pendant deux ans, via un financement du ministère des Affaires étrangères et du Développement international. En 2016, cet accompagnement s’est principalement traduit par la présence, au sein du MJI, d’une experte française dont le rôle de conseil et d’appui a permis de faire évoluer le modèle économique de l’institution : les formations diplomantes sont devenues payantes.

Des résultats prometteurs

Créé en 2014, le MJI fonctionne désormais avec une équipe de treize personnes permanentes, dont cinq formateurs à plein temps, à laquelle s’ajoutent trois formateurs à temps partiel. Son président a effectué un voyage d’étude à Paris en septembre 2016 pour rencontrer les principales écoles de journalisme, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et Reporters sans frontières.

L’institution a développé six modules pour les formations initiale et continue, ainsi que six modules pour des formations spécialisées. Douze formations hors cursus ont été élaborées. L’équipe pédagogique a assuré la majorité de l’enseignement des modules de formation continue et initiale. Huit journalistes-formateurs ont été formés au traitement des questions environnementales et à l’enseignement du journalisme, en partenariat avec le WWF.

Pour la promotion 2016-2017 en formation initiale, des améliorations ont été apportées au cursus, en tenant compte des enseignements tirés de l’année précédente (par exemple, plus de pratique de terrain, l’introduction d’un module de photojournalisme et de journalisme environnemental ou le développement des enseignements en langue birmane). Ce cursus comprend 43 semaines de formation, dont six semaines de stage dans deux rédactions et deux semaines d’atelier d’été. Vingt étudiants composent cette 2ème promotion, dont sept femmes. La majorité vient de différents Etats de Birmanie.

Une insertion professionnelle réussie

En termes de débouchés professionnels, près de 90% des étudiants de la première promotion ont obtenu un poste en 2016. Leur diplôme est désormais reconnu par l’UNESCO.

Un réseau d’agences et d’ONG susceptibles d’avoir recours aux services du MJI a été mis en place. Parmi eux : l’UNFPA (Fond des Nations Unies pour la population) sur le data-journalisme, UN Habitat et WWF sur le journalisme environnemental, et FHI 360 sur la gestion de rédactions à l’échelle locale.

Calendrier du projetJanvier 2014 - Décembre 2016
Budget global estimé1,20 M€
Coûts complets 2016481 K€

Galerie photos du projet

  • Création du Myanmar Journalism Institute

    Reportage à Nay Pyi Taw en juin 2016

  • Création du Myanmar Journalism Institute

    Remise des diplômes de la formation initiale en juillet 2016

  • Création du Myanmar Journalism Institute

    Remise des diplômes de la formation initiale en juillet 2016

  • Création du Myanmar Journalism Institute

    Remise des diplômes de la formation initiale en juillet 2016

Découvrez d’autres projets menés en 2015

SafirLab

Droits à l’éducation, création de médias citoyens, droits des femmes… Partout dans le monde arabe, des jeunes s’investissent pour développer leurs sociétés, améliorer leur quotidien ou favoriser la liberté d’expression. Ce sont ces acteurs de […]

Afrique Innovation

Pendant deux ans, le projet Afrique Innovation a accompagné une nouvelle génération de professionnels africains, qui créent des services d’information en phase avec l’évolution des usages des citoyens du continent. Après plusieurs hackathons* et un […]

Dialogues Citoyens

La redevabilité et le contrôle citoyen de l’action publique constituent aujourd’hui les thématiques incontournables des politiques de développement en Afrique. Les médias ont un rôle essentiel à jouer dans ce dialogue entre société civile et […]