Menu
Rechercher

Hiwar

Réfléchir aux enjeux du journalisme libyen

Calendrier : Janvier 2017 – Juin 2017 / Budget global : 250 K€


Dans un climat d’extrême volatilité politique et économique, les médias libyens peinent aujourd’hui à garantir le pluralisme de l’information dans leur pays. De nombreux journalistes ont dû s’exiler pour conserver leur indépendance.

En 2017, Hiwar a proposé à une dizaine d’entre eux quatre ateliers de réflexion sur les enjeux de la déontologie et les risques à cumuler des fonctions journalistiques et politiques dans un contexte de crise. Ces ateliers ont rassemblé à Tunis des journalistes libyens aux profils très variés, pour partager leurs expériences et leurs pratiques. Termes employés, lignes rouges, auto-censure, respect de la déontologie, menaces physiques, relation à l’employeur, indépendance éditoriale… sont autant de sujets que ces journalistes ont analysés à travers le prisme de la crise en Libye. La plupart ont exprimé leur difficulté à bien distinguer leur engagement militant de leur activité de journaliste. Ils ont aussi souligné le défi que constituait le strict respect de l’éthique et de la déontologie dans la Libye d’aujourd’hui, la neutralité en pareil contexte leur paraissant inconcevable.

Deux points d’orgue ont marqué ce projet : la célébration à Tunis de la journée mondiale pour la liberté de la presse le 3 mai, associant des journalistes du Yémen et d’Irak ayant participé au précédent projet ILYM, et une rencontre avec l’ambassadrice de France pour la Libye.

Sécurité numérique et management d’un média

L’évaluation de ces quatre sessions a permis de concevoir deux ateliers spécifiques, selon les besoins prioritaires exprimés par les participants : la sécurité numérique des correspondants locaux et la gestion d’un média. Ces deux derniers ateliers se sont tenus à Tripoli et à Tunis. Il s’agissait de fournir aux participants les outils nécessaires pour évaluer les risques numériques, sécuriser les communications et les données sur l’internet, ainsi que les conversations instantanées et les réseaux sociaux, tout en intégrant les notions de confidentialité et d’authentification. Quant à la session sur le management, il s’agissait d’étudier des modèles d’organisation des médias adaptés à la gestion exécutive et éditoriale dans des conditions de crise, et de mieux organiser et gérer l’information et la programmation.

A l’issue du projet, dix contributions ont été produites par les participants et publiées dans un recueil de témoignages intitulé « Moi, journaliste libyen », en arabe, en français et en anglais, et diffusées sur le site de CFI et les réseaux sociaux. Une démarche d’enracinement de l’éthique et de la déontologie a aussi été initiée au sein des rédactions ciblées, pour mieux informer en temps de guerre. Enfin, les journalistes ont constitué une base lexicographique commune des expressions à utiliser pour contourner les interdits politiques, implicites ou explicites, et pour éviter les mots jugés offensants, ceci afin d’éliminer les discours de haine et éviter le recours à des terminologies clivantes.

Nous avons mis l’accent sur la culture du dialogue, l’éducation à la diversité, le respect de l’opinion d’autrui. J’ai particulièrement apprécié les échanges autour des notions de champs lexicaux, de délimitation du contexte et autour de deux nouveaux concepts : fake-news et post-vérités.
Rizk, journaliste libyen et participant au projet Hiwar

Galerie photos du projet

  • Hiwar

    Conférence sur la liberté de la presse dans les pays en crise à Tunis (Tunisie) – Mai 2017

  • Hiwar

    Conférence sur la liberté de la presse dans les pays en crise à Tunis (Tunisie) – Mai 2017

  • Hiwar

    Conférence sur la liberté de la presse dans les pays en crise à Tunis (Tunisie) – Mai 2017

Découvrez d’autres projets menés en 2017

Médias 360°

Les médias traditionnels africains sont aujourd’hui confrontés à une migration de leurs audiences, en particulier des plus jeunes, vers l’internet et les réseaux sociaux. Face à cette réalité, ils doivent rapidement diversifier leurs stratégies numériques […]

Naila

L’internet a redéfini en profondeur les conditions de production, de traitement de l’information et, au-delà, les méthodes de travail journalistique des rédactions. Si la majorité des grands médias traditionnels ont pris le virage de l’innovation […]

Dialogues Citoyens

Dans de nombreux pays africains, la société civile affiche son désir de participer activement à la vie publique. Dialogues citoyens accompagne ces aspirations à travers une aide spécifique aux médias, notamment au Burkina Faso et en Guinée.