EN

2019 : échanger, travailler en confiance et favoriser le dialogue

2019 aura été une année très spéciale pour CFI puisqu’elle a consacré le 30ème anniversaire de notre agence.

30 ans, c’est à la fois peu et beaucoup. C’est suffisant en tout cas pour avoir connu plusieurs vies. D’abord banque de programmes, nous avons connu un virage en 2011, vers une agence d’aide au développement médias, puis un autre pas important en 2017, avec notre intégration au groupe France Médias Monde (FMM). Les activités en 2019 démontrent toute l’importance et toute la pertinence de ces deux dernières évolutions. CFI est fier, avec l’appui continu du ministère de l’Europe et des affaires Etrangères et de sa maison mère, FMM, de contribuer aujourd’hui au développement pour les médias, mais aussi, c’est notre ADN, de contribuer au développement par les médias.

Nous tentons en effet d’épauler les médias qui, comme nous, croient qu’ils ont une responsabilité ou à tout le moins, un rôle actif à jouer comme leviers de transformation, comme leviers de développement et comme porteurs de valeurs. Nous croyons aussi à l’importance et à la richesse des échanges, du dialogue et de l’interaction entre les médias et leurs écosystèmes, même si ça n’est pas toujours facile et parfois risqué, comme nous l’avons tristement expérimenté avec l’arrestation du journaliste béninois Ignace Sossou, en décembre 2019.

Poursuivre les projets menés en synergie avec France Médias Monde

© Tristan Miquel / Fondation Hirondelle

En 2019, CFI a mené près d’une trentaine de projets à destination de 5 500 bénéficiaires, soit une hausse de 20% par rapport à 2018. Ils ont permis de déployer un grand nombre d’actions pour renforcer les médias et améliorer la qualité et la diversité de l’information.

Plusieurs de ces projets  sont organisés en synergie avec les médias du groupe France Médias Monde. C’est le cas, par exemple, de MédiaSahel, financé par l’Agence Française de Développement (AFD), qui participe à une meilleure implication de la jeunesse sahélienne dans le débat public. Ce projet, d’une durée de quatre ans, propose notamment un renforcement des médias à travers une série de formations pratiques opérées par CFI et de la production de contenus pédagogiques et informatifs à destination des jeunes citoyens, proposée par RFI.

L’agence a aussi lancé en 2019 « MédiaLab », grâce à une subvention exceptionnelle accordée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dans le cadre du plan francophonie et pluri-linguisme. Quatre projets rattachés à ce label Médialab encouragent le développement de contenus innovants dans le monde arabe, notamment sur les questions de santé et d’environnement. Plusieurs dizaines de médias et plusieurs centaines de journalistes, francophones et arabophones, du monde arabe bénéficieront de cette initiative.

Et puis, comment ne pas avoir une pensée pour le courage de ces journalistes Yéménites, venus se former à Amman dans le cadre du projet « Yemen Media Emergency Response » (YMER+), financé par l’Union européenne, pour améliorer la circulation de l’information humanitaire au Yémen. Elles/ils sont retournés chez eux un peu plus forts de ce que nous avons pu leur apporter. Elles/ils auront été assurément l’un de nos plus grands motifs de fierté en 2019.

Échanger, travailler en confiance et favoriser le dialogue

Face à des paysages médiatiques mouvants, plus informels, plus fragmentés, plus ouverts et numériques, le forum médias et développement, qui a clôturé l’année 2019 à Paris, a représenté un moment d’échanges fort pour mieux se connaître et réfléchir ensemble à des problématiques communes : promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, impact de nos actions, enjeux de la lutte contre les fausses informations, médias et environnement, viabilité économique, satire… Cet événement intense et chaleureux a réuni 130 médias et “influenceurs”, bénéficiaires de nos projets, qui contribuent à faire bouger les lignes dans les pays où ils vivent. Elles et ils sont venus échanger, partager et aussi célébrer les trente ans de l’agence.

L’année 2019 restera malheureusement aussi, aux yeux de beaucoup d’entre nous, l’année de la condamnation du journaliste Ignace Sossou. Travailler dans la durée au développement des médias d’un pays, c’est aussi s’exposer aux aléas politiques ou sociaux qui, parfois, créent brusquement une situation de rupture. En 2019, nous avons subi de plein fouet cette situation au Bénin. Alors qu’un séminaire destiné à lutter contre les infox venait de se tenir à Cotonou, le journaliste Ignace Sossou, du média Bénin Web TV, a été condamné à 18 mois de prison et 250 000 FCFA d’amende pour harcèlement par le biais de moyens de communication électroniques, après avoir partagé les propos d’un procureur tenus à cette occasion. Cette condamnation choquante et injuste vient souligner combien il peut être difficile de favoriser le dialogue entre autorités, médias et citoyens, afin de permettre à tous de mieux se comprendre. Cette crise a imposé à notre agence de réaffirmer les valeurs fondamentales qui la guident dans ses actions et dans ses interactions avec ses partenaires, à se doter de nouveaux outils, autant de garde-fous, pour que cette situation ne se reproduise pas. CFI en sortira meilleure et renforcée, à terme, même si l’incarcération d’Ignace Sossou est comme une ombre portée tant que dure sa détention.

L’égalité entre les femmes et les hommes et la sécurité, deux grandes causes structurantes

CFI a inscrit au cœur de son action l’égalité entre les femmes et les hommes, au regard du rôle fondamental que jouent les médias dans la transmission des valeurs et la représentation des identités. L’agence s’est ainsi dotée, en septembre 2019, d’une stratégie genre et mène une politique volontariste, tant sur le plan interne que dans la gestion de ses projets et sa communication. Avec cette stratégie, l’agence se fixe comme objectif de mener une politique ambitieuse et volontariste en matière d’égalité professionnelle entre ses personnes salariées et de faire du genre une ardente priorité dans la mise en œuvre de l’ensemble de ses actions, traduisant ainsi l’ambition portée par la France de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes.

La sûreté des personnes en déplacement professionnel et la sûreté des informations sont d’autres préoccupations majeures pour CFI. Travailler sur le terrain, dans des contextes de plus en plus sensibles, est devenu difficile, notamment au regard de l’insécurité grandissante dans nos zones d’actions prioritaires, au Sahel et au Levant en particulier. Pour répondre à cette difficulté croissante, l’agence a adopté en 2019 une politique de sûreté plus robuste, arrimée à celle du groupe France Médias Monde, afin de garantir la sécurité des collaboratrices et collaborateurs comme des bénéficiaires.

Les temps
forts 2019